Les maisons en bois Arteck

Arteck (https://www.arteck-france.com/) est une société appartenant au groupe français Lallemant, spécialiste de la menuiserie et du travail du bois.  Situé en Haute-Marne, Arteck s’implique dans la construction de maison individuelle en ossature bois depuis 2015. Le concepteur promet une structure composée à 98% de bois.

Les maisons en bois Arteck

Une maison à ossature bois réalisé avec des murs en bois RESPIR® - ©ARTECK https://www.arteck-france.com/


Les maisons en bois : un enjeu environnemental

Le bois étant 20 fois moins énergivore que le béton, il apparait comme une alternative prometteuse dans le cadre de la transition écologique. En effet, naturel, recyclable et renouvelable, le bois s’affranchit d’un grand nombre d’étapes polluantes, génératrice de déchets et énergivores.  

En choisissant ce matériau, Arteck a la volonté de développer des habitats durables avec une conception bioclimatique neutre en carbone. Il est intéressant de noter que l’utilisation de colles ou autres émetteurs non nocifs pour la santé et l’environnement est proscrite. Les panneaux de bois sont assemblés par vissage, clouage et connecteurs métalliques.

La technologie RESPIR ®

La particularité des maisons d’Arteck est la formation de leurs murs basés sur le principe d’une triple superposition de plaque de bois entre lesquelles se trouve de la laine de bois

Les avantages principaux sont :

  • La conservation de la chaleur au sein du foyer

Concrètement, les 23 cm de laine de bois et son faible indice de conductivité thermique stocke la chaleur la journée et la restitue la nuit maintenant ainsi la température à peu près constante. Tout ceci amène Arteck à être certifié Concepteur Européen de Bâtiment Passif.

 

  • L’amélioration de l’isolation acoustique 

Le principe masse-ressort-masse explique la bonne isolation acoustique du mur RESPIR®. En effet, en utilisant une superposition de 3 parois, les ondes sonores s’amortissent lorsqu’elles rencontrent chaque couche d’isolant (laine de bois). Ainsi, la propriété intrinsèque des matériaux et leur masse sont aussi importante que l’ordre de disposition des matériaux. L’alternance masse-ressort-masse, c’est-à-dire bois-laine de verre-bois permet d'atteindre un affaiblissement acoustique de 53 dB.

 

  • Une évacuation de l’humidité. 

La qualité de perspirance, la transpiration de la vapeur d’eau, est aussi assuré par la nature même du bois, expliquant le faible taux d’humidité au sein du logement. Un frein vapeur est également présent.

 

Entretien avec Pierre COURIVAUD -  associé d'ARTECK (groupe Lallemant ) 

Ecosources : Pouvez-vous vous présenter et expliquer votre rôle au sein d’Arteck ? 

Bonjour, je suis Pierre COURIVAUD, ingénieur bâtiment et architecte de formation. Je suis l’un des 2 associés principaux d’Arteck. Je m’occupe de la conception des maisons, du point de vue technique et architecturale. Je participe aussi à l’amélioration des produits qui demandent des techniques de charpentes bien particulières.

Quels sont vos types de clients ? Uniquement des particuliers ?  

Oui nous nous intéressons uniquement aux logements notamment aux maisons individuelles. Tout simplement parce que le mur RESPIR®, par sa conception, est très adapté à ce type de bâtiment. De plus, se lancer dans la réalisation d’autres structures peut représenter un frein commercial. Cependant, on n’exclut pas la réalisation de bâtiment de logements collectifs. Nos clients sont donc des particuliers. 

On voit de plus en plus d’immeubles et de maisons en bois, Pensez-vous que le bois va (re)devenir un matériau répandu pour la construction ? 

C’est une question assez compliquée en vérité. On observe, en effet, une augmentation de l’envie, surtout grâce aux médias qui relaient de plus en plus de projets de construction en bois. Mais les gens ne restent pas suffisamment informés de toutes les caractéristiques de la maison en bois. Spécifiquement le prix. La plupart pensent que se tourner vers une maison en bois sera aussi cher, voire moins cher qu’une maison en parpaing. C'est l’une des idées-reçu qui fait que finalement il n’y pas tant de véritable demande. Aujourd’hui la maison individuelle devient un luxe. En France, sur 10 ans, on observe quand même une évolution à la hausse, mais une évolution lente.

D’où vient l’idée d’un mur en bois à trois couches ?

Le mur RESPIR® part d’un constat de départ. Le groupe LALLEMANT travaille depuis 50 ans avec des murs en bois classiques avec panneau osb  (oriented strand board) et laine de verre. Le panneau osb n’est vraiment pas terrible : il pose pas mal d’inconvénients. Par exemple, au fil du temps la laine de verre tombe, ce qui signifie que la partie supérieure du mur n’est plus isolée. En plus, ce genre de mur a une acoustique très faible. Il faut savoir aussi que le panneau osb dégage de la colle toxique, ce qui peut créer une barrière de migration de vapeur à l’intérieur du mur. C’est-à-dire qu’il y un risque que de la condensation se dépose sur la face intérieure du panneau osb. Et ce n’est jamais très sain  d’avoir de l’humidité dans une ossature bois. Donc notre plus grande innovation c’est d’avoir supprimé ce panneau osb. Pourquoi 3 couches de bois ? Justement pour remplacer l’osb par la couche intermédiaire du mur RESPIR® qui joue le rôle de contrevent. Ensuite, l’intérêt est de travailler avec des petites sections de bois de 45*95 mm qui sont facilement trouvables, reproductibles donc à faible coût.

Pouvez-vous nous dire comment on arrive à réaliser des maisons individuelles en étant neutre en carbone ? 

Ça serait prétentieux d’affirmer que nous sommes neutre en carbone. Mais nous réduisons aux maximums nos émissions notamment en utilisant un matériau biosourcé local et en faisant appel à des fournisseurs français. Nos usines étant aussi très proches, le transport est réduit.

Des projets ? 

L’objectif actuellement est de nous améliorer. On a déjà bien travaillé sur le mur RESPIR® et même s’il est toujours possible de se perfectionner, on a de très bonnes performances le concernant. Pour le moment on s’intéresse plutôt à améliorer la toiture, le sol, … Car si on a une maison avec un bon mur mais une toiture et un dallage médiocre, la maison ne sera pas terrible. On se concentre sur la technique de mise en œuvre comme la pose du mur, ses accroches avec le toit et la dalle. Il serait intéressant aussi de développer une variante du mur RESPIR® plus simple de production donc moins cher.


Partager cette page



A propos

Ecosources est un média web francophone et indépendant, spécialisé dans les énergies renouvelables, l'écoconstruction et la mobilité durable.
Notre objectif : répertorier les technologies et informer sur les réalisations existantes, les prototypes et les projets à l'étude. en savoir +